Lettre de John Fitzgerald Kennedy à Willy Brandt

1

min

Ce jour était mémorable.

Le 26 juin 1963, John Fitzgerald Kennedy se rendait à Berlin-Ouest, ville divisée par le Mur, et y prononçait un discours qui fera trace dans l’Histoire : « Ich bin ein Berliner ». De retour aux USA, il adresse cette lettre à Willy Brandt, alors maire démocrate de la ville divisée, futur chancelier et prix Nobel de la paix en 1971, où le président américain salue et remercie l’appui reçu en cette journée historique en pleine Guerre Froide.

A-A+

23 juillet 1963

A M. Willy Brandt

L’Honorable Bourgmestre-gouverneur

Berlin

A mon retour d’Europe, mon bureau était plein à craquer, et j’ai tardé à trouver un moment pour vous écrire et vous remercier de mon séjour à Berlin. J’ai voulu attendre pour trouver le temps de vous remercier comme ce jour le méritait.

J’ai essayé dans mes différentes observations à Berlin de manifester combien j’avais été profondément impressionné par l’accueil des berlinois le 26 juin, mais je veux y ajouter un mot particulier de remerciement, non seulement pour les dispositions extraordinairement bonnes prises sous votre direction, mais également pour votre compréhension immédiate de la signification de ce jour. Dans toutes nos négociations lors de ces deux dernières années et demi, j’ai été impressionné par notre vision commune de ces grands enjeux, et ma conviction a été confirmée de nouveau par la lecture de votre déclaration, chaleureuse et réfléchie, du 5 juillet sur cette journée que nous avons passée ensemble à Berlin.

Ce jour était mémorable, votre part y a été essentielle ; et je n’oublierai pas votre gentillesse particulière à mon égard du début jusqu’à la fin.

Sincèrement,

Sir John F. Kennedy.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :