Lettre de John Keats à Fanny Brawne

1

min

J'ai reçu mille baisers, dont, de toute mon âme, je remercie l'amour.

Le grand poète romantique anglais John Keats (31 octobre 1795 – 24 février 1821) a eu un destin tragique. Né dans la misère, orphelin jeune, vite atteint de la tuberculose, c’est par la poésie qu’il s’évade. En 1819, il rencontre celle qui sera la lumière de sa brève existence, Fanny Brawne, une jeune fille brillante et cultivée. Amoureux fou, Keats lui délivre une correspondance abondante et passionnée, non dénuée de jalousie.

A-A+

Le 11 octobre 1819

Ma douce amie,

Je vis aujourd’hui dans hier : je suis resté dans une fascination complète toute la journée. Je me sens à votre merci. Écrivez-moi, ne serait-ce que quelques lignes et dites-moi que vous ne serez jamais à jamais moins bonne envers moi que vous l’avez été hier — vous m’avez ébloui — il n’est rien au monde d’aussi brillant et d’aussi délicat — lorsque Brown a sorti hier soir contre moi cette histoire à l’apparence de vérité, j’ai senti que ce serait ma mort si jamais vous la croyiez — alors qu’à l’égard de toute autre que vous je pourrais rassembler tout ce que j’ai d’obstination. Avant de savoir que Brown pouvait en démontrer la fausseté je me suis senti sur le moment bien misérable. Quand passerons-nous une journée seuls ? J’ai reçu mille baisers, dont, de toute mon âme, je remercie l’amour — mais si vous deviez me refuser le mille-et-unième, cela me ferait sentir l’immensité du malheur que je pourrais vivre. Si jamais vous mettiez à exécution votre menace d’hier — croyez-moi, ce n’est pas mon orgueil, ma vanité ou une passion mesquine qui me tourmenteraient — vraiment cela me blesserait au cœur — je ne pourrais le supporter — j’ai vu Mrs. Dilke ce matin — elle dit qu’elle m’accompagnera au premier beau jour —

À jamais vôtre

John Keats

Ah hertè mine* !

herte myn » : « mon cœur »)

( John Keats, Lettres, traduit par Robert Davreu, Paris, Belin, 1993, p. 393 ) - (Source image : John Keats par William Hilton, vers 1822, National Portrait Gallery © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Lettre de John Keats à Fanny Brawne : « je suis gourmand de toi. »

Lettre de Franz Liszt à Marie d’Agoult : « Apprends-moi la langue mystérieuse de ton âme. »

Lettre de Charles Dickens à Maria Beadnell : « Le fruit de notre passion a sans nul doute été la mélancolie. »

les articles similaires :