Lettre de John Steinbeck à son fils aîné Thom

3

min

Savoure cet amour, sois heureux et reconnaissant de le vivre.

John Steinbeck, l’un des monstres sacrés et populaires de la littérature américaine du XXe siècle, Prix Nobel de Littérature en 1961, a écrit notamment Les raisins de la Colère, Des Souris et des Hommes et À l’Est d’Eden. Il était visiblement un père exemplaire. Quelques années plus tôt, Steinbeck et son épouse recevaient une lettre de leur fils aîné Thom qui, adolescent à l’époque, leur racontait ses premières amours. Le célèbre écrivain américain livre une vision très personnelle de l’amour et prodigue des conseils d’une sagesse intemporelle.

A-A+

Novembre 1958

Cher Thom,

Nous avons reçu ta lettre ce matin.

Je te réponds de mon côté et bien sûr, Elaine te répondra du sien.

D’abord, si tu es amoureux, c’est une bonne chose : c’est sûrement la meilleure chose qui puisse arriver à quelqu’un. Ne laisse personne déprécier ou atténuer tes sentiments.

Ensuite, il y a différents types d’amour. Le premier est égoïste, méchant, possessif, narcissique et n’est qu’un faire-valoir pour l’ego. C’est un amour laid et paralysant. L’autre est une libération de tout ce qu’il y a de bon en toi : gentillesse, considération et respect. Je ne parle pas seulement du respect social des bonnes manières mais du profond respect, c’est-à-dire la reconnaissance d’une personne en tant qu’être unique et précieux. Le premier type d’amour peut te rendre malade, petit et faible tandis que le second peut révéler ta force, ton courage, ta bonté et même une sagesse que tu ignorais posséder.

Tu dis qu’il ne s’agit pas d’un amour adolescent. Si tu le ressens si profondément, c’est sûr : ce n’est pas d’un amour de ce genre là.

Mais je ne pense pas que tu m’interroges sur ce que tu ressens : tu le sais mieux que personne. Non. Tu voulais mon aide pour savoir quoi faire de ces sentiments. Et cela, je peux te le dire.

Savoure cet amour, sois heureux et reconnaissant de le vivre.

L’objet de l’amour est la meilleure des choses. Essaye d’être à la hauteur.

Si tu aimes quelqu’un, il n’y a aucun mal à le dire, tu dois juste te souvenir que certaines personnes sont timides et parfois tu dois prendre en compte cette timidité avant d’exprimer tes sentiments.

Les jeunes femmes ont leurs secrets pour savoir ou sentir ce que tu ressens, mais elles aiment aussi l’entendre. Il arrive parfois que tes sentiments ne soient pas réciproques pour une raison ou pour une autre, mais cela ne change rien à la valeur de ces sentiments.

Enfin, je connais ce sentiment car je le ressens et je suis heureux que tu le connaisses toi aussi.

Nous serions ravis de rencontrer Susan. Elle sera très bien accueillie. Elaine se chargera de tous les détails car c’est son domaine : elle sera ravie de s’en occuper. Elle sait elle aussi ce qu’est l’amour et pourra peut-être t’aider mieux que moi.

Et ne t’inquiète pas de la perdre. Si cela doit arriver, cela arrivera : le plus important, c’est de ne pas se presser. Les bonnes choses ne disparaissent pas comme ça.

Avec toute mon affection,

Fa

steinbeck letters

( Steinbeck: A Life in Letters, Londres, Penguin Books, 1989. ) - (Source image : John Steinbeck, s.d., Flickr.com)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :