Lettre de Jules Verne à une admiratrice

2

min

Au velouté de ma peau, pas si douce que la tienne, mais pas si « derme » que celle de nos congénères.

Le grand romancier Jules Verne (8 février 1828 – 24 mars 1905) n’est pas de ceux qui eut la vie facile à ses débuts dans la capitale. Ce n’est qu’après qu’il a été secrétaire d’Alexandre Dumas père, puis placeur en Bourse, que le succès arrive. Heureusement pour lui, lorsque Le Tour du monde en quatre-vingts jours se joue au théâtre de la Porte-Saint-Martin, sa réputation n’est plus à faire. Toujours adepte des plaisanteries d’antan, il décide de répondre aux avances d’une admiratrice par une missive sous la plume de son personnage… Eléphantasio !

A-A+

1874

Chère petite,

Grâce à ma diction, à la noblesse de mes attitudes, au velouté de ma peau, pas si douce que la tienne, mais pas si « derme » que celle de nos congénères, la pièce de Messieurs d’Ennery et Verne obtient un triomphal succès.

J’ai acquis dans la capitale de la France une situation incomparable. Notre Lord Maire a passé la Manche, pour me serrer la patte. Voici le 200ème soir qu’on me rappelle en Seine. Que ne peux-tu venir partager ma litière dorée.

Ton tendre et fidèle époux.

ELÉPHANTASIO, de la Porte-Saint-Martin.

julesverne

( M. Allotte de la Fuÿe, Jules Verne : sa vie, son oeuvre, Paris, Hachette, 1953 ) - (Source image : Photographie de Jules Verne par Félix Nada, vers 1878 © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :