Lettre de Jules Verne à son frère, Paul

1

min

Toute gaieté m'est devenue insupportable.

Jules Verne (8 février 1828 – 24 mars 1905), est un écrivain français dont l’œuvre est majoritairement constituée de romans d’aventure en lien avec les progrès scientifiques et les rêves technologiques du XIXe siècle. Il fait partie des auteurs les plus traduits hors de France et demeure encore aujourd’hui extrêmement populaire : quel écolier n’a pas lu Le Tour du monde en quatre-vingts jours ou Cinq semaines en ballon ? Lequel n’a jamais entendu parler du capitaine Nemo ou de Michel Strogoff ?
Dans les années 1890, Verne commence à se faire vieux. Il est de plus en plus sédentaire, attaché à Amiens, la ville natale de son épouse, où il réside depuis vingt ans. La lettre suivante témoigne de cette baisse de moral. Elle deviendra une terrible prostration trois ans plus tard, à cause du décès brutal de son frère Paul, compagnon et complice de toujours.

A-A+

Amiens, le 11 août 1894

Mon vieux Paul,

tes vers sont fort bien, et d’une amusante fantaisie. Je vois que cela t’égaie encore de couler tes pensées dans le moule poétique. Tant mieux ! Il n’y a encore que ces distractions intellectuelles qui vaillent d’être prises. J’ai vu, dans les journaux, le récit du lacement du Jules-Verne. Bonne chance à mon navire. Le Soleil disait une bêtise, sans doute, en ajoutant qu’il allait à Saint-Nazaire compléter ses machines, puisque c’est un voilier. J’ai eu grand regret de manquer cette cérémonie, comme j’en aurai de manquer les noces de Maxime, à l’excellente lettre duquel je vais répondre.

Mais j’ai trop et de trop graves sujets de tristesse pour me mêler aux joies de la famille nantaise. Toute gaieté m’est devenu insupportable, mon caractère est profondément altéré, et j’ai reçu des coups, dont je ne me remettrai jamais.

( M. Allotte de la Fuÿe, Jules Verne : sa vie son oeuvre, Paris, Hachette, 1953, p.188. ) - (Source image : Jules Verne photographié par Nadar, vers 1878 © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

Lettre de Jules Verne à une admiratrice : « Au velouté de ma peau, pas si douce que la tienne, mais pas si « derme » que celle de nos congénères. »

Lettre de Jules Verne à sa mère : « C’est le vrai moment de me marier, ma chère mère. »

Lettre de Jules Verne à Pierre-Jules Hetzel : « Je suis très maladroit à exprimer des sentiments d’amour. »

les articles similaires :