Lettre de Kurt Cobain à William Burroughs

2

min

C’est étrange d’écrire à quelqu’un que je n’ai jamais rencontré.

C’est en 1990, le temps d’un chant de noël revisité par une guitare grunge, que le rêve devient réalité pour le tout jeune Kurt Cobain : l’enregistrement d’un disque avec son idole, William Burroughs. Plus de trois années plus tard, le leader de Nirvana souhaite une nouvelle fois collaborer avec l’auteur du Festin nu. Méconnu de beaucoup, cette lettre nous dévoile un visage du chanteur qui semblait pourtant intime à l’écrivain, celui d’une jeune homme « très timide, très poli […] qui paraissait fragile et irrémédiablement perdu. »

A-A+

2 août 1993

Cher William,

C’est étrange d’écrire à quelqu’un que je n’ai jamais rencontré mais avec qui j’ai déjà enregistré une chanson. J’ai été si heureux d’avoir l’opportunité de faire ce disque — quel honneur d’apparaître à vos côtés sur le dos de la pochette. Maintenant, je vous écris avec l’espoir que vous apparaissiez aux côtés de mon groupe (Nirvana) dans la première vidéo de notre nouvel album « In Utero ».

Comme je sais que Michael Meisel de Gold Mountain Entertainment (ma maison de production) a parlé avec James Grauerholz, j’ai voulu sauter sur l’occasion et vous faire savoir pourquoi j’aimerais que vous apparaissiez dans la vidéo.

Je voulais surtout vous faire savoir que cette demande n’est absolument pas motivée par le désir de vous exploiter, et cela d’aucune manière. Je sais bien que les histoires qu’on peut trouver dans les journaux à propos de ma consommation de drogues peuvent vous faire penser que ma demande est motivée par l’envie de mettre en parallèle nos modes de vie. Soyez assuré que ce n’est pas le cas. En tant que fan et étudiant de votre travail, je chéris seulement l’idée de pouvoir travailler directement avec vous.

Dans le cas où vous souhaiteriez qu’il n’y ait aucune utilisation directe de votre image, je serais heureux de faire en sorte que le réalisateur de la vidéo trouve des idées de maquillage qui pourraient dissimuler votre identité. Ce n’est pas tant le fait de faire savoir au public que c’est bien vous (à moins que cela soit votre souhait) que la fierté que m’apporterait l’apparition de William Burroughs dans ma vidéo et l’opportunité d’une telle collaboration qui me motivent.

Je me répète mais je serai si heureux que cela arrive. Bien que Michael et James en discutent bientôt, je reste disponible afin d’en discuter avec vous selon vos commodités.

Je vous remercie de votre attention,

Cordialement,

Kurt Cobain.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Courtney Love à Kurt Cobain : « Promettez-vous de la baiser au moins une fois par semaine ok. »

Lettre de Kurt Cobain à son ami d’enfance imaginaire : « Il vaut mieux brûler franchement que s’éteindre à petit feu. »

Lettre de William S. Burroughs à Allen Ginsberg : « La came, c’est la mort. »

les articles similaires :