Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan

2

min

Je suis encore plus dégoûtée de la mort.

Marie de Rabutin-Chantal, plus connue sous le nom de Madame de Sévigné, est incontestablement la plus célèbre des épistolières françaises. Tout au long de sa vie (5 février 1626 – 17 avril 1696), elle a entretenu une correspondance abondante avec ses proches, en leur racontant les anecdotes les plus croustillantes du Grand Siècle, avec le style alerte et dynamique qui la caractérise, mais aussi en s’épanchant sur ses craintes intimes. C’est notamment ce qu’elle fait dans cette lettre à sa fille bien-aimée, Madame de Grignan, à qui elle n’a eu de cesse d’envoyer des lettres passionnées.

A-A+

mercredi 16 mars 1672

Vous me parlez de mon départ. Ah ! ma chère fille ! je languis dans cet espoir charmant. Rien ne m’arrête que ma tante, qui se meurt de douleur et d’hydropisie. Elle me brise le cœur par l’état où elle est, et par tout ce qu’elle dit de tendresse et de bon sens. Son courage, sa patience, sa résignation, tout cela est admirable. M. d’Hacqueville et moi, nous suivons son mal jour à jour. Il voit mon cœur et la douleur que j’ai de n’être pas libre tout présentement. je me conduis par ses avis; nous verrons entre ci et Pâques. Si son mal augmente, comme il a fait depuis que je suis ici, elle mourra entre nos bras ; si elle reçoit quelque soulagement et qu’elle prenne le train de languir, je partirai dès que M. de Coulanges sera revenu. Notre pauvre abbé est au désespoir aussi bien que moi. Nous verrons comme cet excès de mal tournera dans le mois d’avril. […]
Vous ne sauriez avoir tant d’envie de me voir que j’en ai de vous embrasser ; bornez votre ambition, et ne croyez pas me pouvoir jamais égaler là-dessus.

Vous me demandez, ma chère enfant, si j’aime toujours bien la vie. Je vous avoue que j’y trouve des chagrins cuisants. Mais je suis encore plus dégoûtée de la mort ; je me trouve si malheureuse d’avoir à finir tout ceci par elle, que si je pouvais retourner en arrière, je ne demanderais pas mieux.
Je me trouve dans un engagement qui m’embarrasse; je suis embarquée dans la vie sans mon consentement. Il faut que j’en sorte ; cela m’assomme. Et comment en sortirai-je ? Par où ? Par quelle porte ? Quand sera-ce ? En quelle disposition ? Souffrirai-je mille et mille douleurs, qui me feront mourir désespérée ? Aurai-je un transport au cerveau ? Mourrai-je d’un accident ? Comment serai-je avec Dieu ? Qu’aurai-je à lui présenter ? La crainte, la nécessité, feront-elles mon retour vers lue ? N’aurai-je aucun autre sentiment que celui de la peur ? Que puis-je espérer ? Suis-je digne du paradis ? Suis-je digne de l’enfer ? Quelle alternative ! Quel embarras !
Rien n’est si fou que de mettre son salut dans l’incertitude, mais rien n’est si naturel, et la sotte vie que je mène est la chose du monde la plus aisée à comprendre. je m’abîme dans ces pensées, et je trouve la mort si terrible que je hais plus la vie parce qu’elle m’y mène que par les épines qui s’y rencontrent. Vous me direz que je veux vivre éternellement. Point du tout, mais si on m’avait demandé mon avis, j’aurais bien aimé à mourir entre les bras de ma nourrice ; cela m’aurait ôté bien des ennuis et m’aurait donné le ciel bien sûrement et bien aisément. Mais parlons d’autre chose. […]

( ) - (Source image : Portrait de Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné, vers 1665, par François Lefèvre. / Portrait of Françoise Marguerite de Sévigné (1646-1705), comtesse de Grignan, daughter of Madame de Sévigné, attribué à Pierre Mignard, XVIIe siècle. / Wikimedia Commons ©)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :