Lettre de Mark Ruffalo

3

min

Est-ce que nous nous battons réellement pour quelque chose si ce pourquoi nous nous battons est attaqué et que nous laissons faire ?

Mark Ruffalo ( 22 Novembre 1967 ), acteur vedette de films tels que Shutter Island ou encore le plus récent Avengers, démontre dans cette lettre ouverte qu’il est également un artiste engagé et ce en faveur du droit à l’avortement et la pérennité de celui-ci par delà le monde.

A-A+

17 Août 2013

Je suis un homme. Je pourrais prétendre que cela ne me concerne pas. Si ce n’est que j’ai deux filles, ainsi qu’une mère qui a été forcée d’avorter de manière illégale dans son état dans lequel l’avortement était illégal lorsqu’elle était une jeune femme. Cela lui a coûté 600 dollars. C’était pour elle une chose traumatisante. C’était honteux, sordide et avilissant. Lorsque j’ai entendu cette histoire, j’ai été agacé par l’hypocrisie d’une société qui pouvait laisser une femme faire ce genre de choses. Je ne pouvais pas comprendre ce manque d’humanité. Aujourd’hui ce n’est pas différent.

Ce qui est arrivé à ma mère est une relique d’une Amérique qui n’est ni libre, ni égale, ni très agréable.

L’avortement illégal de ma mère a marqué une époque en Amérique que nous sommes parvenus à quitter à force d’un travail long et acharné. C’était un temps où les femmes étaient considérées comme une seconde catégorie de citoyens qui n’étaient pas assez intelligents, ni assez responsables, ni assez capables de prendre des décisions concernant leurs propres vies. C’était une époque qui méritait d’être quittée et laissée derrière nous, enfin c’est ce qu’il me semble.
Nous avons fait de l’avortement ainsi que de la capacité des femmes d’être leurs propres maîtresses, un droit. Ce droit a été codifié dans des lois. Cette loi a été la loi de notre sol depuis des décennies. Ma propre mère s’est battue pour faire d’elle même plus qu’une possession. Elle a vécu sa vie comme une mère qui a choisi quand elle voulait avoir des enfants, ainsi qu’une épouse en mesure de gagner sa vie si elle en faisait le choix. Je veux que mes filles puissent jouir du même choix.

Je ne veux pas retourner à l’époque où les femmes ont flirté avec l’illégalité au milieu de la nuit afin de résoudre une grossesse indésirable, dans un hôtel au rabais. Lorsqu’une transaction de 600 dollars devient la pire chose qui puisse arriver dans la vie d’une jeune femme. C’est la raison pour laquelle je fais entendre ma voix pour vous et votre mouvement aujourd’hui. Car je fais confiance à toutes les femmes que je connais. J’ai confiance en elles et en leurs choix. J’ai confiance en ce qu’elles désirent faire de leur corps et j’ai confiance en elles avec leurs enfants.

Je crois qu’elles sont assez droites, assez sages et assez dignes pour porter le droit à l’avortement et ne pas être forcées d’exercer ce droit de façon criminelle, au risque de la mort ou encore de l’emprisonnement. Il n’y a aucune erreur dans le fait que nous ayons rendu l’avortement légal et disponible sur demande. C’est ce que nous avons appelé le progrès. Tout comme il n’y a pas eu d’erreur lorsque nous avons aboli le racisme institutionnel dans ce pays dans ces mêmes périodes.
La chose la plus facile à faire est donc de rester discrets, mais alors sommes nous ceux que nous prétendons être ?

Est-ce que nous nous battons réellement pour quelque chose , si ce pourquoi nous nous battons est attaqué et que nous laissons faire ?
Il n’y a aucune raison d’être honteux ici, excepté si nous autorisons un groupe de personnes radicale et récessif intimider nos mères, nos soeurs et nos filles d’exercer leur droit de choisir. Ou d’utiliser le terrorisme et le fanatisme afin de faire blocage à leurs droits légaux ou encore de prendre les vies de leur personnel soignant. Ou bien cette législation qui prétend de façon hypocrite préserver la santé des femmes en bafouant leurs droits.
Je vous invite à trouver votre voix et à la laisser entendre en faisant savoir que vous défendez le droit à l’avortement et la dignité d’une femme capable d’être maître de sa propre vie et de son corps.
Je vous invite à fouiller dans votre âme et vous demander si vous défendez réellement ce que vous dites défendre.
Merci d’être là aujourd’hui et de défendre les femmes de ma vie.

Sincèrement et Humblement.

Mark Ruffalo.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre ouverte de Xavier Dolan à Françoise Laborde : « Aucune violence n’est plus grande que la violence que l’on tolère par couardise, Madame Laborde, et le mutisme participe d’une violence semblable. »

Lettre de Natalie Portman aux éditeurs du Harvard Crimson : « Historiquement, les Israéliens et les Arabes sont cousins. »

Lettre de Vincent Lindon en soutien au réalisateur Jafar Panahi : « C’est bien ça le drame du monde, trop d’information tue l’information, trop d’injustice réduit notre capacité à nous révolter. »

les articles similaires :