Lettre de la Marquise de Sévigné au Marquis de Pomponne

2

min

Voilà le plus sot et le plus ridicule madrigal que j'aie jamais lu !

Madame de Sévigné fait partie avec son ami Simon Arnaud Seigneur de Pomponne, mais aussi La Rochefoucauld et Madame Du Plessis, des sympathisants jansénistes qui soutiennent Fouquet, surintendant des finances et possible successeur de Mazarin. Le surintendant est disgracié et arrêté par D’Artagnan en septembre 1661. Pomponne lui-même paie son amitié en étant envoyé en exil à Verdun, où les lettres de son amie constituent pour lui un divertissement de choix. Cette missive savoureuse de la belle marquise à « Pomponne », qui évoque un « madrigal » du roi Soleil, se situe au moment où s’ouvre le procès de Fouquet. Il finira sa vie enfermé dans la forteresse de Pignerol, dans les Alpes. Le Marquis de Pomponne reviendra en grâce en 1665 et deviendra ambassadeur.

A-A+

lundi 1er décembre 1664

À Paris

Il faut que je vous conte une petite historiette, qui est très vraie et qui vous divertira. Le Roi se mêle depuis peu de faire des vers ; Messieurs De Saint-Aignan et Dangeau lui apprennent comme il s’y faut prendre. Il fit l’autre jour un petit madrigal, que lui-même ne trouva pas trop joli. Un matin, il dit au maréchal de Gramont : Monsieur le maréchal, je vous prie, lisez ce petit madrigal, et voyez si vous en avez jamais vu un si impertinent. Parce qu’on sait que depuis peu j’aime les vers, on m’en apporte de toutes les façons. » Le maréchal, après avoir lu, dit au Roi : «  Sire, Votre Majesté juge divinement bien de toutes choses ; il est vrai que voilà le plus sot et le plus ridicule madrigal que j’aie jamais lu. » Le Roi se mit à rire, et lui dit : « N’est-il pas vrai que celui qui l’a fait est bien fat ? – Sire, il n’y a pas moyen de lui donner un autre nom. – Oh bien ! dit le Roi, je suis ravi que vous m’en ayez parlé si bonnement ; c’est moi qui l’ai fait. – Ah ! Sire, quelle trahison ! Que votre majesté me le rende ; je l’ai lu brusquement. – Non, Monsieur le maréchal ; les premiers sentiments sont toujours les plus naturels. »
Le Roi a fort ri de cette folie, et tout le monde trouve que voilà la plus cruelle petite chose que l’on puisse faire à un vieux courtisan. Pour moi, qui aime toujours à faire des réflexions, je voudrais que le Roi en fît là-dessus, et qu’il jugeât par là combien il est loin de connaître jamais la vérité.

ecrituremarquisevigne

La Fondation La Poste soutient le Festival de la Correspondance de Grignan ainsi que le Prix Sévigné : entre la belle Marquise et La Fondation La Poste, il y a depuis vingt ans une logique… épistolière.

( ) - (Source image : Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, portrait par Claude Lefèbvre, vers 1665, Musée Carnavalet / Simon Arnauld de Pomponne, estampe de Nicolas II de Larmessin (entre 1672 et 1679) © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan : « Personne n’est encore mort de votre absence, hormis moi. »

Lettre de Madame de Sévigné à sa fille : « Vous m’aimez, ma chère enfant. »

Lettre de Molière à Louis XIV : « il m’est fâcheux de me voir exposé tous les jours aux insultes de ces messieurs. »

les articles similaires :