Lettre de Pablo Picasso à Gertrude Stein

1

min

Mais ma vie est un enfer.

Gertrude Stein (3 février 1874 – 27 juillet 1946), poétesse américaine établie à Paris (« A rose is a rose is a rose »… c’est elle !) a entretenu une correspondance avec Pablo Picasso, autre génie créateur exilé en France, mère des arts. Gertrude Stein était aussi connue pour le salon littéraire qu’elle tenait au 27 rue de Fleurus, avec sa compagne, Alice B. Toklas, qui rassemblait le Tout-Paris artistique des années d’avant-guerre.
La lettre suivante en dit plus sur les difficultés du peintre espagnol à manier les subtilités du français écrit que sur leurs œuvres respectives. Il n’empêche qu’elle offre un précieux témoignage sur une amitié au sommet… gênée, hélas, par la notoriété de Picasso : lorsque ce dernier devient trop connu, Gertrude ne peut plus acquérir ses toiles. Elle doit alors se « rabattre » sur d’autres peintres, comme Masson ou Picabia.

A-A+

9 décembre 1915

Ma chere Gertrude

Je viens de recevoir votre mot . —

ne vous etonnez pas si je vous ai jamais ecrit depuis que vous etes partie. Mais ma vie est un enfer. Eva a eté toutjours malade et chaque jour plus et maintenant ele est dans une maison de sante dejà depuis un mois. En fin ce est la fin.

Ma vie ne est pas bien gaie je ne travaille presque plus je cours a la maison de santé et je pase la moitié du temps dans le metropolitain. je n’ai eu le cœur à vous ecrire j’ai pensé à vous vous le savez bien et je ai même demandé à Beffa cuand je le rencontrai des vos nouvelles.

J’ai fait pourtant un tableau de un arlequin que je crois à mon avis et de l’avis de plusieurs personnes etre le mieux que j’ai fait. Monsieur Rosenberg l’a eu. vous le verrez à votre renté. En fin ma vie est bien remplie et côme toujours je ne me arrete pas.

Bonjour à Alice et bien à vous

Picasso

Ecrivez moi

( Correspondance : Gertrude Stein, Pablo Picasso, Paris, Gallimard, « Art et artistes », 2005. ) - (Source image : Picasso en 1908, photographe inconnu, domaine public / Portrait de Gertrude Stein par Picasso, 1905, New York, Metropolitan Museum of Art. )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Carte postale de Salvador Dali à Picasso : « Je suis entrain de peindre des véritables chefd’euvre. [sic] »

les articles similaires :