Lettre de Philippe Soupault à propos de Charles Trenet

1

min


Charles Trenet est un poète dont la verve, le tact, l’audace ont depuis bientôt vingt ans métamorphosé la chanson.

Charles Trenet (18 mai 1913 – 19 février 2001) est l’un des grands auteurs-compositeurs-interprètes français du XXe siècle. Le jeune Trenet découvre la musique avec le jazz de Gershwin. De Narbonne, il « monte à Paris » dans les années 1930 pour être journaliste ; il se lie très vite avec les artistes de Montparnasse. Peu après, il entame une carrière solo qui le conduit en tournée pour un succès international rapide et jamais démenti. Encore aujourd’hui, « La Mer », « Douce France » ou « Y’a d’la joie » sont fréquemment repris dans la culture populaire et les apports de l’infatigable Trenet à la chanson française sont régulièrement soulignés.
Dans cette lettre non datée, le poète surréaliste Philippe Soupault (1897-1990) rend hommage à l’art du « Fou chantant ».

A-A+

Tous ceux qui aiment la poésie et la chanson (et ils sont innombrables) sont reconnaissants à Charles Trenet d’avoir su les réconcilier.
Ce poète, ce musicien, cet auteur de chansons a réussi ce tour de force de faire aimer et applaudir par ce qu’on nomme le grand public des chansons d’une qualité poétique que nul ne songe à contester.

Charles Trenet est un poète dont la verve, le tact, l’audace ont depuis bientôt vingt ans métamorphosé la chanson. Il est le seul qui n’a jamais accepté de compromis dans ce domaine si galvaudé qu’est celui de la chanson. Pas une de ses œuvres qui ne soit de qualité.
Charles Trenet, il ne faut pas l’oublier, a  un sens très aigu du moderne. Tous les hommes d’aujourd’hui se vantent de chercher et de trouver ce qu’on nomme l’insolite. Or n’est-ce pas Charles Trenet, le premier, qui a découvert cet insolite quotidien qui est désormais une des sources les plus abondantes de la poésie et de la chanson ?
On devrait aussi remercier Charles Trenet de ne jamais se répéter. C’est un créateur dont la prodigieuse fécondité continue à nous émerveiller et qui refuse de s’imiter lui-même.


Merci encore, Charles Trenet.

( http://www.charles-trenet.net/chansons/lettre_philippe_soupault.html ) - (Source image : Charles Trenet accueilli par Alain Meilland lors de son arrivée au premier Printemps de Bourges (1977), par Paul Kiujcom © Creative Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

les articles similaires :