Lettre de Renée Vivien à Natalie Clifford-Barney

2

min

On ne l'éprouve qu'une fois, ce déchirant amour…

Renée Vivien est une poétesse britannique célèbre pour ses vers saphiques de la Belle Epoque parisienne. Elle fréquenta de nombreuses figures intellectuelles telles que Colette ou Natalie Clifford-Barney, avec qui elle entretint d’ailleurs une correspondance passionnée : entre déclarations d’amour et désespoirs tragiques, ses lettres reflètent son tempérament dramatique et romantique.

A-A+

18 juillet 1902

Comment peux-tu dire, Natalie, que dans mon livre tu ne te retrouves nulle part ? – Comment peux-tu le dire, et surtout le croire ? – Tu as été l’Inspiratrice. – tu es venue à moi lorsque je poursuivais mon chemin dans le crépuscule, – tu m’as montré ma véritable voie, – par toi je me suis retrouvée, je me suis connue. Tu m’as apporté des fleurs étranges que j’ignorais, des chants que je n’avais jamais entendus, des baisers que je n’avais jamais cueillis. Mes pensées et ce que j’écris sont un reflet de tout cela. Et parce que tu m’as appris la première les douleurs de l’amour, je te garde le parfum d’une éternelle tendresse de reconnaissance.

Oui, dis-moi ce que tu penses de ce que j’ai écrit, car ton avis m’est, et me sera toujours, précieux avant tout autre.

– J’ai beaucoup et silencieusement souffert d’être forcée de te refuser aussi durement une entrevue, – mais je sentais, mon Aimée d’hier, combien il est impossible que nous nous voyions en ce moment. Les choses tristes sont encore trop récentes, et ni l’une ni l’autre nous n’avons pu nous purifier de toute amertume. Laisse le temps effacer, estomper, éteindre, guérir.
Je ne me repens pas de t’avoir aimée, – tu as été ce qu’il y a de meilleur et de plus douloureux dans mon existence…

– Pourquoi m’as tu envoyé Pierre Louÿs comme ministre plénipotentiaire ? – Croyais-tu que, là où tes lettres avaient échoué, les paroles d’un homme auraient persuadé ? – Tu as fait là un rêve étrange, – et je m’étonne que tu n’aies pas senti combien il est humiliant d’avoir des intermédiaires, (surtout du sexe masculin) entre nous deux et notre pauvre mutilé. Toi seule m’auraient reconquise, si cela avait été possible, et non pas tes ambassadeurs et ambassadrices.

Pourquoi aurais-tu l’ombre d’une jalousie pour la femme quoi règne sur ma vie ? – Elle ne sera jamais aimée comme tu l’as été, – il me serait aussi impossible de donner cet amour à une autre que de te le donner à nouveau. On ne l’éprouve qu’une fois, ce déchirant amour… Elle est aimée autrement, mieux peut-être, mais autrement. – Une amitié entre nous deux ? impossible, mais ce qui vaut mieux, un souvenir d’amour. Et merci à tout jamais d’être venue jadis.

Pauline.

Ah ! Natalie ! Natalie ! si tu m’avais aimée avant de briser en moi tout essor de croyances et d’illusion, combien de regrets tu nous aurais épargné ! –

( Renée Vivien, Pierre Louÿs, Nathalie Clifford Barney, Correspondances croisées, L'écart, 1983 ) - (Source image : Renée Vivien (1877-1909), circa 1905, © Wikimedia Commons / Natalie Clifford Barney (1876-1972), © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

Lettre de Flora Tristan à Olympe Chodzko : « L’amour d’aucun homme ne saurait me suffire – celui d’une femme peut-être ? »

Lettre de Renée Vivien à Kérimé : « Je pense à vous ardemment, fixement, Hadidja, ma rose mystérieuse. »

Lettre de Vita Sackville-West à Virginia Woolf : « Tu me manques d’une manière désespérément humaine. »

les articles similaires :