Lettre de Romy Schneider à son amie Christiane Hollger

3

min

Delon se conduit très « correctement ».

Romy Schneider (23 septembre 1938 – 29 mai 1982) se fit connaître du grand public grâce à son interprétation de « Sissi Impératrice ». En 1968, alors qu’elle n’a pas tourné depuis longtemps, elle revient en France pour jouer dans La Piscine de Jacques Deray. L’acteur qui joue à ses côtés ne sera nul autre que son ex fiancé Alain Delon. Dans cette lettre pleine d’enthousiasme, elle confie à son amie Christiane Hollger les anecdotes des premiers jours de tournage.

A-A+

23 août 1968

Tes lettres me font toujours un immense plaisir, alors je t’en prie, une par semaine ! Cela fait du bien ! Le travail, j’ai presque scrupule à le dire – est sensationnel ! – je suis libre comme jamais encore (sauf avec Orson Welles) et Delon se conduit très « correctement » (et ce n’est pas une blague) donc il ne me reste qu’à espérer que l’ambiance ne changera pas. J’ai assisté, ce soir, à une première projection de rushes – tout est ok – j’ai belle allure, surtout en bikini noir, dans l’eau – je suis bien bronzée – encore plus ! Pendant la projection, Delon ne cessait de brailler – Oh, ce qu’elle est belle cette femme – cette fille – ma foi, les autres ont jugé aussi que j’étais belle – qui ne s’entendrait dire cela avec plaisir ! Caméraman 1er classe, le metteur en scène me plaît beaucoup aussi – qu’il soit capable de diriger des acteurs, je ne m’en suis pas encore bien rendu compte – ce n’est pas Kazan, mais avant qu’il essaie de le devenir, mieux vaut qu’il nous laisse faire… c’est plus intelligent et il est loin d’être sot – de plus, on ne trouve pas un seul débutant dans sa distribution. Ces derniers jours nous n’avons pas beaucoup tourné – mais à présent, ça va démarrer.

On a déjà commencé par une sacrée séance de pelotage – sans dialogue – et ça m’a l’air « bien excitant » (autant que je puisse juger par la projection d’aujourd’hui); pas gratuit, ni bon marché. Alain n’a pu s’empêcher de faire ses habituelles remarques spirituelles; au passage de cette scène, mais peut-être était-ce très bon (si c’était intentionnel; bien des attitudes sont, chez lui, parfaitement innocentes, même lorsqu’elles paraissent animées d’intentions) – cela me rappelle le bon vieux temps, etc., et autres idioties qu’il a été incapable de garder pour lui au moment où je m’allonge contre lui ruisselante et en bikini – je n’ai d’ailleurs pas tardé à prendre un coup de froid – au ventre – et je plonge, et je ressors de cette piscine, je ne sais combien de fois – tu parles d’un boulot ! – tu sais, tout n’est pas toujours moche et je voudrais que tu sois une petite souris; tu pourrais te régaler au spectacle de ce cirque. Ce rôle me plaît énormément et je le joue à fond de la manière dont je me représente cette Marianne – et c’est tout – et c’est beaucoup car il y a peu de bons rôles, alors tu penses que je vais exploiter cette veine ! L’équipe est sensationnelle – tous charmants – alors viens vite – Tu peux écrire et venir me voir sur place, je le voudrais bien – mais pas par vanité ! -ma Christiane – je ne réussirai jamais à tout t’écrire et il faut que je te raconte…

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Marlène Dietrich à Jean Gabin : « Je resterai avec toi jusqu’à la fin de ma vie, mariée ou pas, comme tu le voudras. »

Lettre de Jeanne Moreau à Orson Welles : « Chasseur chassé dans votre recherche sans fin, où êtes-vous ? »

Lettre de Gérard Depardieu à Patrick Dewaere : « Je te le dis maintenant sans gêne et sans en faire un drame, j’ai toujours senti la mort en toi. »

les articles similaires :