Lettre de Solomon Northup à William Perry et Cephas Parker

1

min

Je souhaite que vous obteniez pour moi des papiers prouvant mon statut d’homme libre

Solomon Northup, ce violoniste afro-américain né libre dans le comté de New-York (1808-1857),  a été enlevé en 1841 par des marchands d’esclaves. Réduit à l’esclavage pendant 12 interminables années, il doit son salut au courage d’un menuisier canadien itinérant, Samuel Bass, qui, au risque de sa vie, envoya plusieurs lettres écrites par Solomon. La lettre reproduite ici le sauva littéralement de l’indigne destin d’esclave du Sud.

A-A+

Bayou Bœuf, le 15 août 1852

Messieurs,

Cela fait très longtemps que je ne vous ai pas vus et que je ne sais rien de vous. Comme je ne suis pas sûr que vous soyez encore en vie, je vous écris dans le doute, contraint par cette situation qui m’y oblige.

Je suis né libre mais je me trouve maintenant de l’autre coté du fleuve. Je suis sûr que vous me connaissez : à présent, je suis un esclave. Je voudrais que vous obteniez mes papiers d’homme libre, et que vous me les envoyiez à Marksville, Louisiane, Compté d’Avoyelles.

Je vous en saurai gré.

Vôtre,

Solomon Northup.

Voici comment je devins esclave : on me drogua dans la ville de Washington, et je restais inconscient pendant un moment. Lorsque je repris conscience, on m’avait dérobé mes papiers d’homme libre et on m’avait mis aux fers en route pour cet Etat. Je ne parvins pas à convaincre quiconque d’envoyer une lettre en mon nom jusqu’à maintenant. La personne qui écrit ce courrier pour moi met sa vie en péril s’il est démasqué.

( Texte : Twelve Years a Slave: Narrative of Solomon Northup, a Citizen of New-York, Kidnapped in Washington City in 1841, and Rescued in 1853 ; Image : )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :

3 commentaires

  1. CUZENT

    Cette histoire bouleversante, que le film de Steve Mac Queen fait vivre intensément, est elle encore possible de nos jours dans d’autres pays? En tous cas elle souligne le danger des lectures fondamentalistes des textes religieux, ici la Bible, et l’importance de la séparation des pouvoirs qui garantit l’état de droit.
    Sylvain CUZENT

    • Gilles Théberge

      Je crois bien qu’il n’est pas difficile de faire quelques recherche qui vous prouveront rapidement qu’il y a encore aujourd’hui de par le monde, des dizaines de millions de personnes qui vivent littéralement en situation d’esclavage.

      Il suffit d’ouvrir les yeux pour le voir. Si l’on veut voir bien entendu, parce qu’il y a un risque à voir, tant certaines visions sont insoutenables.

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.