Lettre de Tchekhov à propos de la censure

2

min

L'État vous a interdit d'écrire, il interdit de dire la vérité.

Anton Tchekov (17 janvier 1860 – 15 juillet 1904) est l’un des plus fameux écrivains russes de la fin du XIXe siècle, notamment pour ses pièces La Mouette, Les Trois Sœurs ou La Cerisaie, qui sont encore fréquemment représentées aujourd’hui, partout dans le monde. Dans la lettre suivante, Tchekhov écrit à Alexeï S. Souvorine, un éditeur et journaliste d’opinion influent, avec qui il avait sillonné l’Europe centrale au début des années 1890.
L’allusion à la spoliation du morceau de terre peut venir des préoccupations biographiques immédiates de l’auteur : à la date de cette lettre, Tchekhov vient d’acquérir un terrain à Yalta, en Crimée, sur lequel il apprête à faire construire sa fameuse « Datcha blanche ».

A-A+

4 mars 1899

Comme partout, on parle beaucoup ici des désordres estudiantins et on s’indigne du mutisme des journaux. D’après les lettres en provenance de Saint-Pétersbourg, l’opinion est favorable aux étudiants. Vos lettres sur les désordres n’ont satisfait personne. Il ne peut en être autrement, car on ne peut porter des jugements dans la presse que si on peut toucher les choses du doigt.

L’État vous a interdit d’écrire, il interdit de dire la vérité. C’est de l’arbitraire. Or vous dissertez à ce propos d’une âme légère sur les droits et les prérogatives du gouvernement et c’est ce que j’ai du mal à admettre. Vous parlez du droit de l’État mais sans vous placer du point de vue du droit. Pour l’État, les droits et la justice sont les mêmes que pour toute personne juridique. Si l’État me retire à tort un morceau de terre, je m’adresse au tribunal qui me rétablit dans mes droits. Ne doit-il pas en aller de même quand l’État me donne des coups de cravache ? Ne dois-je pas, en cas de violence de sa part, hurler à la violation de mes droits ?

Le concept d’État doit être fondé sur des rapports juridiques définis. Dans le cas contraire, il n’est qu’un épouvantail, une inanité destinée à effrayer les imaginations…

tchekhovconseilsécrivain

( Anton Tchekhov, Conseil à un écrivain, Éd. du Rocher, Anatolia, 2004 ) - (Source image : http://www.my-chekhov.ru/ / Russian journalist and publisher A. S. Suvorin (1834-1912), Niva magazine, 1912 © Creative Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :