Lettre de Tennessee Williams à Maria St Just

2

min

Je me suis défoncé à l' « herbe jamaïcaine ».

Tennessee Williams (26 mars 1911 – 25 février 1983), est un écrivain et dramaturge américain qui a beaucoup inspiré le cinéma. En France, ses œuvres les plus connues sont Un tramway nommé Désir (1947) , La Chatte sur un toit brûlant (1955) et Soudain l’été dernier (1958).
L’auteur avait une vie compliquée : homosexuel dans une société qui ne l’acceptait pas, alcoolique comme son père avant lui, en charge d’une sœur schizophrène et lui-même sujet aux troubles nerveux… En dépit de ses démons, ou peut-être à cause d’eux, le « vieux crocodile » a consacré son œuvre à l’analyse de la solitude humaine. La lettre suivante, qui évoque les excès de sa vie mondaine new-yorkaise à l’attention de son amie Maria, paraîtra bien légère en comparaison !

A-A+

? février 1972

Chérie, je n’ai littéralement pas eu un moment pour t’écrire pendant que j’étais à New York.

Je n’ai pas arrêté — la distribution des rôles de la pièce, les consultations, les soirées, etc., tout le tremblement épuisant. Vers la fin, un nommé Lester Persky — dont tu te souviendras peut-être avec plaisir — a offert une grande bamboula en mon honneur dans son appartement du dernier étage avec terrasse donnant sur l’East River. Bref, je me suis défoncé à l’ « herbe jamaïcaine » et j’étais tellement parti que j’ai enlevé ma veste et que je suis sorti sur la terrasse avec un jeune acteur hollandais. Le lendemain, j’attrape la grippe que je me tape encore à Key West. De même que Dotson Rader et un jeune acteur fort impoli qui a dit : « Me voici, moi, acteur en herbe avec un dramaturge sur le retour ! » Eh bien, je te l’ai remis à sa place. Je lui ai dit : « Mon petit, il y a des acteurs en herbe qui ne deviendront jamais acteurs, mais il n’y a pas de dramaturge sur le retour parce qu’une fois qu’on a écrit des pièces on reste toujours un auteur de théâtre, même si l’on vit jusqu’à cent ans. »

Il boude encore dans son lit, seul, tandis que le pauvre Dotson soigne sa gueule de bois en dormant. Je me suis levé tôt et de bonne humeur pour t’envoyer ce mot.

J’ai lu des reportages sur les difficultés terribles en Angleterre dues à la grève des houillères et je suis continuellement inquiet pour toi, les filles et monsieur le Lord.

J’espère que vous avez tous survécu — pas comme des canards qui canent dans l’orage.

Je dois reparaître à New York pour démarrer les répétitions et pour l’émission de télé le 18 février. Je ne sais pas où j’habiterai — mais espère être un peu en dehors du mauvais air de la ville. Viens-tu vraiment ? La distribution est brillante ! Le metteur en scène un corniaud.

Très tendrement,

Tenn

tennessee williams lettres

( Tennessee Williams, À cinq heures, mon ange : Lettres à Maria St-Just (1948-1982), traduit de l'anglais (États-Unis) par Thomas Wuillaume, Paris, Robert Laffont, 1992. ) - (Source image : Tennessee Williams, cropped from photo of Williams with cake for 20th anniversary of "The Glass Menagerie", Orlando Fernandez, World Telegram staff photographer — Library of Congress. New York World-Telegram & Sun Collection. © domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction

les articles similaires :