Lettre de Toulouse-Lautrec à sa mère

1

min

Je suis toujours flemmard, et attends l'inspiration.

Henri de Toulouse-Lautrec (24 novembre 1864 – 9 septembre 1901) est un peintre d’origine aristocratique né à Albi. Il déclare pendant l’enfance une maladie génétique qui affecte son développement osseux et le laisse grandement infirme. Mais son handicap ne l’empêche pas de monter à Paris dans les années 1880 pour y apprendre la peinture. À la capitale, le jeune peintre fréquente autant les ateliers que les cabarets, qu’il se plaît d’ailleurs à représenter dans des couleurs vives et un style post-impressionniste caractéristique. Par ailleurs caricaturiste et ami des joyeux lurons de la fin-de-siècle, Toulouse-Lautrec devient rapidement l’une des figures emblématiques de la bohème montmartroise, comme le montre cette lettre à sa mère, désinvolte et savoureuse.

A-A+

[fin avril 1893]

Ma chère Maman,

Pour une fois les journaux ont à peu près dit la vérité. Le typhus exanthématique que nous avons est une maladie qui ne peut s’attaquer qu’aux gens mal nourris et enfermés dans des prisons ou collèges. Nous, plus heureux, sommes à l’abri de cette épidémie fort limitée. Je suis toujours flemmard, et attends l’inspiration. Je me promène au Bois tous les jours, et absorbe le plus d’oxygène possible. J’ai failli prendre le train, et aller passer une huitaine à Taussat, mais j’ai eu peur de ne plus pouvoir revenir. Je serai heureux de chercher une décoration pour le musée Rochegude, et ce serait drôle de figurer en peinture là où j’ai figuré jambes nues en jeune lévite.

Calmez-vous donc, ne craignez-rien et salamalekez autour de vous,
je vous embrasse,
yours
Henri

toulouselautrecorrespondance

( Henri de Toulouse-Lautrec, Correspondance, Gallimard, coll. « Art et artistes », 1992. ) - (Source image : Portrait de Henri de Toulouse-Lautrec par son ami photographe Paul Sescau. Cliché vers 1880/1890. Domaine public)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :