Lettre d’Emily Dickinson à Susan Gilbert Dickinson

3

min

Qui t'aime le plus, et t'aime le mieux, et pense à toi quand les autres dorment oublieux ?

Emily Dickinson (10 décembre 1830 – 15 mai 1886) est une figure originale de la poésie américaine. Auteur prolifique mais n’ayant presque rien publié de son vivant, elle a passé toute sa vie dans la réclusion volontaire, cloîtrée dans la demeure familiale des Dickinson, à Amherst, dans le Massachussets. L’essentiel de la vie sociale de la jeune femme mélancolique se faisait donc par l’intermédiaire de sa correspondance. Parmi ses plus belles lettres, on retient particulièrement celles à son amie Susan Huntington Gilbert (qui épousera plus tard Austin, le frère d’Emily) ; Emily se prend d’une sorte de passion pour elle — qui se traduit par une véritable fièvre épistolaire.

A-A+

vers février 1852

Dimanche matin —
Merci aux chers petits flocons de neige de tomber aujourd’hui plutôt qu’un autre vain jour de la semaine, quand le monde et les soucis du monde font de leur mieux pour me séparer de mon amie en allée — et merci à toi aussi, chère Susie, de ne jamais te lasser de moi, ou de ne jamais me le dire, et de ce que, lorsque le froid règne en ce monde et que la tempête soupire si pitoyablement, je suis sûre d’avoir un doux abri, un couvert pour m’en protéger ! Les cloches sonnent, Susie, au nord, à l’est et au sud, et celle de ton propre village, et les gens qui aiment Dieu sont censés aller au culte ; n’y va pas toi, Susie, pas à leur culte, mais viens avec moi ce matin à l’église qui est dans nos cœurs, où les cloches sonnent sans cesse et où le prédicateur dont le nom est Amour — intercédera pour nous !

[…] Et merci pour ta chère lettre, qui est arrivée samedi soir, quand le monde entier était silencieux ; merci pour l’amour qu’elle me témoigne, pour ses pensées d’or, et ses sentiments si précieux, que je n’ai pas manqué de les recueillir dans des corbeilles entières de perles ! Ce matin, Susie, je regrette de n’avoir pas de beau soleil couchant pour dorer une page à ton intention, ni de baie très bleue — pas même une petite chambre haut dans le ciel, comme la tienne, pour m’inspirer des pensées de paradis que je t’offrirais. Tu sais comment je dois t’écrire, en bas, tout en bas, dans le terrestre ; là, pas de soleil couchant, pas d’étoiles ; pas même un brin de crépuscule que je pourrais poétiser — et t’adresser ! Pourtant, Susie, il y aura de la romance dans le voyage de cette lettre vers toi — songe aux collines et aux valons qu’elle franchira, aux postillons et conducteurs de train qui l’emporteront vers toi ; n’est-ce pas là comme un poème comme on ne pourra jamais en écrire ?
Je pense à toi chère Susie, maintenant, je ne sais comment ni pourquoi, plus tendrement à mesure que chaque jour passe, et que ce doux mois plein de promesse approche ; et je vois Juillet d’un tout autre œil qu’auparavant — jadis il me semblait brûlé, et sec — et je ne l’aimais guère à cause de sa chaleur et sa poussière ; mais maintenant, Susie, c’est de toute l’année le meilleur mois ; je saute les violettes — et la rosée, la première Rose et les Rouge-Gorges ; je les échangerai tous contre ce torride et violent midi, où je pourrai compter les heures et les minutes précédant ton arrivée — Oh Susie, souvent je voudrais essayer de te dire combien tu m’es chère, et combien je t’attends, mais les mots ne viennent pas, contrairement aux larmes, et je m’assois à ma table désappointée — pourtant, chérie, tu sais tout cela — alors pourquoi chercher à te le dire ? Je ne sais pas ; quand je pense à ceux que j’aime, ma raison m’abandonne tout à fait, et je crains parfois en vérité qu’il ne me soit nécessaire de créer un asile pour les fous incurables, et de m’y enchaîner à ces moments-là, afin de ne pas te faire de mal. […]

Qui t’aime le plus, et t’aime le mieux, et pense à toi quand les autres dorment oublieux ?

C’est Emily —

emilydickinson

( Emily Dickinson, Avec amour, Emily. Lettres aux amies intimes, traduit par Claire Malroux, José Corti, coll. « Domaine Romantique », 2001. ) - (Source image : Digitally restored black and white daguerrotype of Emily Dickinson, circa early 1847, Public Domain)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

Lettre de Emily Dickinson à Susan Gilbert : « Mon cœur est plein de toi. »

Lettre de Virginia Woolf à Vita Sackville-West : « Je ne parviens pas à créer la sensation de vous voir vraiment. »

Lettre d’amour de Sylvia Plath : « De la pierre au nuage, ainsi je me suis élevée. »

les articles similaires :