Lettre d’Eugène Delacroix à son frère Charles

3

min

Il est vrai qu'il est impossible d'être plus paresseux que moi.

Il semble difficile de concevoir Eugène Delacroix (26 avril 1798 – 13 août 1863), peintre majeur du romantisme, comme un homme pressé ! Mais en lisant la lettre suivante, on se dit que, appliqué tout au long de sa vie dans ses différentes passions, la musique puis la peinture, l’auteur de l’emblématique tableau La Liberté guidant le peuple semble avoir dans la main un poil dont la longueur reste indéterminée… En réalité, la paresse dont il est question dans cette lettre est employée avec ruse par un homme qui a laissé son frère trop longtemps dans le silence.

A-A+

8 juillet 1835

Cher et bon frère,

Il est vrai qu’il est impossible d’être plus paresseux que moi d’abord et que toi ensuite ; mais il y a si longtemps que c’est devenu une habitude de nature que je crois que nous ne nous en corrigerons jamais. Je la maudis pourtant sincèrement toutes les fois que je reçois une lettre de toi à cause du plaisir que j’en éprouve et qui se renouvellerait plus souvent si nous étions faits comme tout le monde à cet égard-là. […]

Te voir, passer du temps près de toi, c’est un projet que j’ai mis sur le tapis bien souvent et qui a toujours fui devant moi pour qu’il soit possible de l’arranger, surtout à cause de l’éloignement. On a bien par-ci, par-là une quinzaine de jours disponible. Mais un ou deux mois sont bien difficiles à prendre sur le train ordinaire de la vie comme elle est arrangée…

Si nous reprenions au moins l’habitude de nous écrire de temps en temps, cela ferait un peu diversion à cette impossibilité de nous voir. […]

Adieu bon ami, bon frère, je t’embrasse bien tendrement.

E. Delacroix.

couv

( Eugènes Delacroix, Lettres intimes, éd. Gallimard. ) - (Source image : Photographie d'Eugène Delacroix par Félix NadarPhotographie d'Eugène Delacroix par Félix Nadar, © Wikimedia Commons / Eugène Delacroix, Autoportrait, circa 1837, Musée du Louvre, © Wikimedia Commons / Charles-Henri Delacroix, général d'Empire, frère du peintre Eugène Delacroix par Eugène Delacroix, Musée national Eugène Delacroix, © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :

Un commentaire

  1. Lourdes Regueira

    … amie chère ( jus’comme au Bresil)… en lisant cette petite lettre j’ai pensée à nous deux , je crois que tu comprendras pourquoi…
    au fond je suis beaucoup paresseuse comme dit Delacroix à son frère parce que je ne prends pas en serieux mon temps libre pour faire des gestes comme ceci en train d’être au contact plus frequent avec des gens qui j’aime, comme c’est maintenant…
    je vais essayer dêtre plus conscient et plus present avec mon français moribond …
    bisous et à bientôt…
    Lourdinha

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.