Lettre d’Oscar Wilde à Alfred Douglas

2

min

Jamais amour ne fut plus grand, plus sacré, plus splendide.

Oscar Wilde, né à Dublin le 16 octobre 1854, est l’une des figures capitales de la culture anglo-saxonne. Brillant et raffiné, Wilde a conquis l’Europe entière avec son style so british et sa personnalité hors-normes. Il st notamment l’auteur du roman Le Portrait de Dorian Gray et de la pièce de théâtre L’Importance d’être Constant. Sa relation avec Lord Alfred Douglas, le jeune éphèbe surnommé « Bosie », fit scandale et lui valut une condamnation à deux ans de prison pour « grave immoralité ». Mais Wilde n’a jamais regretté cet amour tumultueux et illicite, comme en témoigne cette lettre illustrant l’amour fou qui unissait les deux hommes.

A-A+

Mai 1895

Pour vous, vous avez donné la beauté de la vie à mon passé et vous embellirez de même mon avenir si je dois en avoir un. C’est pourquoi je vous saurai éternellement gré de m’avoir inspiré amour et adoration. Ces jours de plaisir ont été notre aurore. À présent, dans l’angoisse et la peine, dans la tristesse et dans l’humiliation, je sens que mon amour pour vous, votre amour pour moi, sont les deux pôles de la vie, les sentiments divins qui rendent cette amertume supportable. Jamais, de toute ma vie, personne ne me fut plus cher que vous ; jamais amour ne fut plus grand, plus sacré, plus splendide…

Cher petit, au sein des plaisirs comme en prison, vous et penser à vous ont été tout pour moi. Oh, gardez-moi toujours dans votre cœur ; vous n’êtes jamais absent du mien. Je pense à vous beaucoup plus qu’à moi-même et si, parfois, la pensée de mon horrible et infâme souffrance vient me torturer, le seul fait de penser à vous suffit à me rendre mes forces et à panser mes plaies. Que la destinée Némésis ou les injustes dieux reçoivent seuls le blâme pour tout ce qui m’arrive.

Tout grand amour comporte une tragédie et c’est maintenant le tour du nôtre ; mais vous avoir connu, vous avoir aimé d’une tendresse si profonde, vous avoir eu pendant une partie de ma vie, la seule partie que j’estime à présent magnifique, est suffisant pour moi. Ma passion est à court de mots, mais vous, vous seul pouvez me comprendre. Nos âmes étaient faites l’une pour l’autre et, en connaissant la vôtre par l’amour, la mienne a surpassé mille maux, a compris la perfection et pénétré dans la divine essence des choses.

La douleur, quand elle vient, ne peut durer toujours ; il est certain qu’un jour nous nous retrouverons et, mon visage eût-il pris le masque de la tristesse, mon corps fût-il épuisé par la solitude, vous et vous seul reconnaîtrez l’âme qui est plus belle pour avoir connu la vôtre, l’âme de l’artiste qui trouva son idéal en vous, celle de l’amoureux de beauté à qui vous apparûtes comme un être sans faille, comme un être parfait. Ici je pense à vous comme à un ange aux cheveux d’or, ayant en lui le cœur même du Christ. Je sais à présent de combien l’amour est plus grand que tout au monde. Vous m’avez appris le secret divin de l’univers.

couverture

( WILDE (Oscar), The complete letters of Oscar Wilde, edited by Merlin Holland and Rupert Hart-Davis, 2000) ) - (Source image : Portrait d'Oscar Wilde, photo de format cabinet sur carton de Napoléon Sarony, New York, 1882, © Wikimedia Commons / George Charles Beresford, Portrait de Lord Alfred Douglas (Bosie), 1903, National Portrait Gallery, © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :