Lettre d’un poilu à sa mère

2

min

C’est triste, car l’intellectuel s’enlise.

Le 12 mars 2008 s’éteignait le dernier soldat de la Grande Guerre. DesLettres vous propose aujourd’hui une lettre de Poilu : Lucien Durosoir, violoniste de réputation internationale et ami de Maurice Maréchal, a à peine 38 ans lorsqu’il écrit cette lettre à sa mère. Si les problèmes logistiques et la vie quotidienne dans les tranchées semblent d’abord insupportables, la missive met l’accent sur une autre victime du conflit mondial : « la perte de l’idéal et de la culture. »

A-A+

1916

Chère mère,

Le poilu reçoit de la viande avariée, et dans la majorité des cas il faut la jeter. Que de dépenses bêtes ! Avec cela il crève de faim, car les légumes sont peu nombreux. Aussi les plaintes sont vives en ce moment. Des voitures frigo devraient arriver jusqu’à nos cuisines, mais cela ne se passe pas ainsi ; il y a deux ou trois manipulations au milieu de la poussière, des mouches et du soleil. Aussi, le résultat ne se fait pas attendre. Dire que l’on atteint un résultat pareil après deux ans de guerre, c’est un comble. Il n’y a rien à dire. Quant à la fin de la guerre, habituons-nous à l’idée qu’elle doit durer encore un an, c’est ma conviction profonde et intime, je ne te l’ai pas caché du reste à ma dernière permission. À moins d’événements imprévus, il faut ce délai pour réduire l’Allemagne, et la mettre à merci. Ils sont encore bien forts et quelques mois ne peuvent suffire, du moins c’est mon avis.

Je souhaite bien vivement qu’il en soit autrement, mais je ne l’espère guère. C’est triste, car l’intellectuel s’enlise, il sent qu’il perd sa culture, les gens médiocres qui nous entourent, leur raisonnements médiocres, leurs idées médiocres, tout est bien fait pour vous faire perdre l’idéal et la culture donnés par 15 ou 20 ans d’efforts. Et c’est l’impression de tous les intellectuels que je connais. Il faudra après cette guerre une grande énergie pour se débarrasser de toute cette crasse qui vous oppresse le cerveau.

[…]

Lucien

lettres poilu

( Jean-Pierre Guéno, Paroles de poilus : lettres et carnets du front 1914-1918, Librio, 2012. ) - (Source image : Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre d’un poilu allemand à sa femme : « Je ne redoute que la grande solitude intérieure. »

Lettre d’un Poilu à sa femme : « C’était le jour de Noël, jour de fête, et ils demandaient qu’on ne tire aucun coup de fusil pendant le jour et la nuit ».

Lettre d’un Officier à sa femme : « L’armistice est signé. »

les articles similaires :

Un commentaire

  1. phelippeaufranck13@hotmail.fr

    La guerre , amène son cortège derrière , Ses Cercueils, de : , Violences ,Régressions , Soumissions ,Maltraitance
    Elle touche tout autant sans distinction ceux qui y participent et ceux qui en sont les Victimes .
    Personne n’en sort indemne ,et ce seront des décennies , de souffrances ,de mal-être, sur deux voire plusieurs générations .
    Franck Phelippeau
    « Lumières sans Frontières »

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.