Lettre d’une veuve à son mari défunt

2

min

Comment as-tu pu partir sans moi ?

En 1998, un groupe d’archéologues découvrait en Corée du Sud le cercueil de Eung-Tae Lee, mâle membre de la dynastie des Goseong Yi (XVIème siècle) : une lettre écrite par sa veuve, enceinte de Won, leur futur enfant, accompagnait les restes du mari défunt. Une sublime lettre d’amour par-delà la mort, découverte 5 siècles plus tard.

A-A+

1 juin 1586

Au père de Won,

Le 1er juin 1586

Tu disais toujours « Mon amour, vivons ensemble jusqu’à ce que nos cheveux deviennent gris et que nous mourrions le même jour ». Comment as-tu pu mourir sans moi ? Qui allons-nous écouter moi et notre petit garçon et comment allons-nous vivre ? Comment as-tu pu partir sans moi ?

Comment m’as-tu donné ton cœur ? Comment t’ai-je donné le mien ? A chaque fois que nous étions couchés ensemble, tu me disais toujours : « Mon amour, crois-tu que les autres s’aiment et se chérissent comme nous ? Sont-ils vraiment comme nous ? » Comment as-tu pu laisser tout ça derrière toi et partir sans moi ?

Je ne peux pas vivre sans toi. Je veux te rejoindre. Je t’en supplie, emmène-moi jusqu’à toi. Je ne peux oublier mes sentiments pour toi en ce monde et mon chagrin est infini. En quoi vais-je croire maintenant ? Comment puis-je vivre alors que l’enfant te réclame ?

Je t’en supplie, lis cette lettre et réponds moi en détails dans mes rêves. C’est parce que je veux t’entendre me répondre en détails dans mes rêves que je t’écris cette lettre et que je te la donne. Lis-la attentivement et parle-moi.

Quand j’accoucherai de l’enfant qui est en moi, qui appellera-t-il Père ? Y a-t-il une personne qui puisse ne serait-ce que se figurer ce que je ressens ? Il n’y a pas de pire tragédie sur cette terre.
Tu es juste ailleurs, en un autre lieu et tu ne ressens pas de chagrin aussi profond que le mien. J’écris mal car il y a ni frontière ni fin à mon chagrin. Je t’en supplie, lis cette lettre attentivement et viens à moi en rêves, montre-toi et raconte-moi tout en détail. Je crois que je peux te voir dans mes rêves. Viens à moi en secret et montre-toi. Ce que je veux te dire n’a pas de fin et je m’arrête ici.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :