Lettre de Marie-Antoinette à sa mère

1

min

Il y a déjà plus de huit jours que mon mariage est parfaitement consommé.

Marie-Antoinette (2 novembre 1755 – 16 octobre 1793) fut la dernière  reine de France, l’une des guillotinées les plus célèbres de la Révolution Française, et figure emblématique qui alimente aujourd’hui encore une fascination mythique. Réputée pour ses excès et abus, Marie-Antoinette est aussi connue pour ses difficultés à consommer son mariage : sept années auront été nécessaires ! Enfin, le 19 août 1777, le grand jour est  arrivé ! Et elle d’annoncer illico la grande nouvelle à sa mère poule angoissée, dans une lettre badine et historique à la fois.

A-A+

30 août 1777

Vergennes me fait dire qu’il va faire partir le courrier de Breteuil. C’est une bienheureuse occasion pour moi. Je suis dans le bonheur le plus essentiel pour toute ma vie. Il y a déjà plus de huit jours que mon mariage est parfaitement consommé. L’épreuve a été réitérée, et encore hier plus complètement que la première fois. J’avais pensé d’abord en envoyer un courrier à ma chère maman. J’ai eu peur que cela ne fît événement et propos. J’avoue aussi que je voulais être tout à fait sûre de mon fait. Je ne crois pas être grosse encore, mais au moins j’ai l’espérance de pouvoir l’être d’un moment à l’autre. J’ai tant de marques de tendresse de ma chère maman, quelle sera sa joie ! J’en jouis comme de la mienne propre. Permet-elle que je l’embrasse de tout mon cœur ?

couvv

( Evelyne Lever, Marie-Antoinette : La naissance d'une reine - Lettres choisies (1770-1780), Éd. du Seuil (Points), 2006 ) - (Source image : © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Dernière lettre de Marie-Antoinette à Madame Elizabeth : « Adieu, adieu, je ne vais plus que m’occuper de mes devoirs spirituels. »

Lettre d’Olympe de Gouges à Marie-Antoinette : « Homme, es-tu capable d’être juste ? »

Lettre de Marie-Antoinette à Axel de Fersen : « Rien au monde ne pourra m’empêcher de vous adorer jusqu’à la mort. »

les articles similaires :

  1. HERRERA EVELYNE

    Que penser de cette lettre ? Si, effectivement, il a fallu à ce couple 7 ans avant de « consommer » leur mariage (mais ils étaient bien jeunes) M. Antoinette a tout lieu d’espérer qu’elle attendra un enfant dans les mois à venir…Néanmoins, elle parle d’épreuve, donc l’acte en lui-même est difficile à accepter pour elle…

    • Olivia

      Une épreuve n’est pas forcément synonyme de souffrance, ça peut aussi signifier un essai ou un test, voir un examen. Il me semble qu’il s’agit là d’avantage d’essais et c’est plutôt logique si l’on considère leur inexpérience…

  2. harry.cott@orange.fr

    Elle parle d’épreuve par pudeur ! La monarchie est étroitement liée à la religion et il ne faut pas s’attendre à ce qu’une femme s’exprime autrement … Les femmes sont là pour accomplir leur « devoir conjugal » ( pas pour jouir ) et mettre au monde des enfants qui, dans la circonstance présente représenteront l’avenir de la royauté … Ne pourriez-vous cesser d’envisager les choses avec une mentalité de XXI e siècle et essayer de vous reporter aux époques où les lettres que vous lisez ont été écrites ?… avec un minimum ce connaissances historiques …

  3. Catherine LABOUBEE

    « Épreuve » est employé effectivement ici avec un de ses sens premiers, celui d’ESSAI, bien évidemment.
    Et oui, n’oublions pas que, au XVIIIe siècle, les gens ne s’exprimaient pas exactement comme nous le faisons aujourd’hui…
    Il ne faut JAMAIS l’oublier si l’on veut comprendre, ou à tout le moins appréhender les mentalités d’une époque. C’est le B-A BA…

  4. Wilhelm Duchêne

    Je ne peux que souscrire aux remarques de mes prédécesseurs…c’est la reine qui s’exprime, qui plus est à sa mère…les mots sont choisis et leur sens n’a que peu à voir avec celui sue nous leur donnons aujourd’hui. N’empêche qu’elle a dû en baver avec ce serrurier qui a avait du mal avec son appareil…

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.