Lettre du Marquis de Sade sur la République

3

min

Une des choses les plus essentielles est de ranimer l'esprit public.

Le Marquis de Sade ( 2 juin 1740 – 2 décembre 1814), figure capitale du XVIIIème siècle, célèbre prisonnier de la Bastille, est l’auteur d’une œuvre érotique inclassable, exaltant la cruauté et la torture – d’où apparaitra le terme de « sadisme ». Dans cette lettre, l’écrivain sulfureux témoigne d’un dévouement sans bornes auprès de la République…

A-A+

1 octobre 1799

[…] Vous êtes tous d’avis, citoyens représentants, et tous les bons républicains pensent de même, qu’une des choses la plus essentielle et de ranimer l’esprit public par de bon exemples, et par de bons écrits.

On dit que ma plume a quelqu’énergie, mon roman philosophique l’a prouvé : j’offre donc mes moyens à la république, et les lui offre du meilleur de mon cœur. Malheureux sous l’ancien régime vous savez si je dois craindre le retour d’un ordre des choses dont je serais infailliblement l’une des premières victimes. Ces moyens que j’offre à la république sont sans aucun intérêt ; on me tracera un plan, je l’exécuterai et j’ose croire que l’on sera satisfait.

Mais je vous en conjure, citoyen représentant, qu’une affreuse injustice cesse d’attiédir en moi les sentiments dont je suis embrasé ; pourquoi veut-on que j’aie à me plaindre d’un gouvernement pour lequel je donnerais mille vies si je les avais ? Pourquoi prend-on mon bien depuis deux ans, et pourquoi depuis cette époque me réduit-on à l’aumône sans que j’aie mérité cet horrible traitement ? N ‘est-on pas convaincu qu’au lieu d’émigrer je n’ai cessé d’être employé à tout, dans les plus terribles années de la révolution ?

N’en possédé-je pas les certificats les plus authentiques ? Quelque tort qu’ait avec moi le gouvernement il aura jusqu’au dernier moment de ma vie, mon choix, ma plume et tous les sentiments de mon coeur ; je serai avec, pardonnez moi ma comparaison, comme l’amant le plus tendre pleurant l’infidélité d’une maîtresse aux pieds de laquelle il soupire toujours. […]

couv

( Lettres vives, la correspondance, une petite anthologie littéraire ; Les Editions du Carrousel ) - (Source image : Marquis de Sade, Unknown artist, 1760 © Wikimedia Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

les articles similaires :