Lettre ouverte de Judith Butler

3

min

Il est très important, en tant que Juive, de m’élever contre l’injustice et de lutter contre toutes formes de racisme.

Judith Butler, née le  24 février 1956, philosophe américaine et pionnière des gender studies, est une intellectuelle complexe qui laisse peu de monde indifférent. Lauréate du Prix Adorno en 2012 (son discours de réception est accessible sur le site du Monde), elle a été violemment attaquée pour ses positons critiques et antisionistes sur le conflit israélo-palestinien. Elle s’explique dans cette lettre : autoportrait épistolaire d’une des grandes figures de notre temps.

A-A+

27 août 2012

Le Jérusalem Post a récemment publié un article, rapportant que certaines organisations s’opposent à ce que je reçoive le prix Adorno, un prix décerné tous les trois ans à quelqu’un qui travaille dans la tradition de la théorie critique au sens large. Les accusations portées contre moi disent que je soutiens le Hamas et le Hezbollah (ce qui n’est pas vrai), que je soutiens BDS (partiellement vrai), et que je suis antisémite (manifestement faux). Peut-être ne devrais-je pas être aussi surprise du fait que ceux qui s’opposent à ce que je reçoive le prix Adorno aient recours à des accusations aussi calomnieuses, sans fondements, sans preuves, pour faire valoir leur point de vue.
Je suis une intellectuelle, une chercheuse, initiée à la philosophie à travers la pensée juive, et je me situe en tant que défenderesse et dans la perpétration, la continuité d’une tradition éthique juive comme le furent des personnalités tel que Martin Buber et Hannah Arendt. J’ai reçu une éducation juive au Temple à Cleveland, dans l’Ohio sous la tutelle du Rabbin Daniel Silver où j’ai développé de solides fondements éthiques sur la base de la pensée philosophique juive.

J’ai appris, et j’accepte, que nous sommes appelés par d’autres et par nous-mêmes, à répondre à la souffrance et à réclamer, à œuvrer afin qu’elle soit soulagée. Mais pour ce faire, nous devons entendre l’appel, trouver les ressources permettant d’y répondre, et parfois subir les conséquences d’avoir parlé comme nous le faisons. On m’a enseigné à chaque étape de mon éducation juive qu’il n’est pas acceptable de rester silencieux face à l’injustice. Une telle injonction est difficile à mettre en œuvre, car elle n’indique pas exactement quand, ni comment parler, ni comment parler de manière à ne pas produire une nouvelle injustice, ou encore comment parler de façon à être entendue et compris clairement et justement. Ma position actuelle n’est pas entendue par ces détracteurs, et peut-être cela ne devrait-il pas me surprendre, car leur tactique consiste à détruire les conditions d’audibilité.

[…] Il est faux, absurde et pénible que quiconque puisse prétendre que ceux qui formulent une critique envers l’Etat d’Israël sont antisémites ou, si juifs, victimes de la haine de soi. De telles accusations cherchent à diaboliser la personne qui articule un point de vue critique et à disqualifier ainsi, à l’avance son point de vue. C’est une tactique pour faire taire : cette personne est inqualifiable, innommable, et tout ce qu’elle dira doit être rejeté à l’avance ou perverti de telle façon que la validité de sa parole soit niée. Une telle attitude se refuse à considérer, à examiner le point de vue exposé, se refuse à débattre de sa validité, à tenir compte des preuves apportées, et à en tirer une conclusion solide sur les bases de l’écoute et du raisonnement. De telles accusations ne sont pas seulement une attaque contre les personnes qui ont des opinions inacceptables aux yeux de certains, mais c’est une attaque contre l’échange raisonnable, sur la possibilité même d’écouter et de parler dans un contexte où l’on pourrait effectivement envisager ce que l’autre a à dire. Quand un groupe de Juifs qualifie un autre groupe de Juifs d’ « antisémite », il tente de monopoliser le droit de parler au nom des Juifs.

Ainsi, l’allégation d’antisémitisme recouvre en fait une querelle intra juive.

Aux États-Unis, j’ai été alarmée par le nombre de Juifs qui, consternés par la politique israélienne, y compris l’occupation, les pratiques de détention à durée indéterminée, le bombardement des populations civiles dans la bande de Gaza, cherchent à désavouer leur judéité. Ils font l’erreur de croire que l’État juif d’Israël représente la judéité de notre époque, et que s’identifier comme juif signifie un soutien inconditionnel à Israël. Et pourtant, il y a toujours eu des traditions juives qui s’opposent aux violences des États, qui prônent une cohabitation multiculturelle et défendent les principes d’égalité ; et cette tradition éthique vitale est oubliée ou écartée lorsque l’un d’entre nous accepte Israël comme étant le fondement de l’identité et ou des valeurs juives. Nous avons donc d’une part, les Juifs qui critiquent Israël et pensent qu’ils ne peuvent plus être juif puisqu’Israël représente la judéité, et d’autre part, ceux qui pour qui Israël représente le judaïsme et ses valeurs, cherchant à démolir quiconque critique Israël en concluant que toute critique est anti-sémite ou, si juive, issue de la haine de soi.

Je m’efforce, tant dans la sphère intellectuelle que dans la sphère publique de sortir de cette impasse, de cet emprisonnement.

À mon avis, il y a de fortes traditions juives, et même des traditions sionistes initiales, qui attachent une grande importance à la cohabitation et offrent une panoplie de moyens pour s’opposer aux violences de toutes sortes, y compris la violence d’Etat. Il est très important en ce moment, pour notre époque que ces traditions soient soutenues, mise à l’honneur, vivifiées, inspirées – elles représentent des valeurs de la diaspora, les luttes pour la justice sociale, et la valeur juive extrêmement importante, celle de « réparer le monde » (Tikkun).

Il est clair pour moi que les passions soulevées par ces questions rendent la parole et l’écoute très difficiles. Quelques mots sont sortis de leur contexte, leurs sens déformés, et ils étiquettent, labellisent un individu. C’est ce qui arrive à beaucoup de gens qui émettent un point de vue critiquant Israël — ils sont stigmatisés comme antisémites ou même comme collaborateurs nazis ; ces formes d’accusations visent à établir les formes les plus durables et les plus toxiques de la stigmatisation et de diabolisation. La personne est ciblée, en sélectionnant des mots hors contexte, en inversant leurs significations et en les collant à la personne : annulant en effet les propos de cette personne, sans égard pour la teneur de ses opinions, de sa pensée.

Pour ceux d’entre nous, qui sommes des descendants de Juifs Européens, détruits, exterminés par le génocide nazi (la famille de ma grand-mère a été anéantie dans un petit village au sud de Budapest), c’est l’insulte la plus douloureuse et une véritable blessure que d’être désigné comme complice de la haine des Juifs ou d’être défini comme ayant la haine de soi. Et il est d’autant plus difficile d’endurer la douleur d’une telle allégation lorsqu’on cherche à promouvoir ce qu’il y a de plus précieux dans le judaïsme, cette réflexion sur l’éthique contemporaine, y compris la relation éthique à ceux qui sont dépossédés de leurs terres et de leurs droits à l’autodétermination, à ceux qui cherchent à garder vivante la mémoire de leur oppression, à ceux qui cherchent à vivre une vie qui sera, et doit être, digne de faire son deuil. Je soutiens le fait que ces valeurs soient issues d’importantes sources juives, ce qui ne veut pas dire que ces valeurs soient spécifiquement juives. Mais pour moi, étant donné l’histoire à laquelle je suis liée, il est très important en tant que Juive de m’élever contre l’injustice et de lutter contre toutes formes de racisme. Cela ne fait pas de moi une Juive qui a la haine de soi ; cela fait de moi une personne qui souhaite clamer un judaïsme qui ne s’identifie pas à la violence d’Etat mais qui s’identifie à une lutte élargie pour la justice sociale.

[…]

J’ai toujours été en faveur de l’action politique non-violente, principe auquel je n’ai jamais dérogé. Il y a quelques années une personne dans un public universitaire m’a demandé si je pensais que le Hamas et le Hezbollah appartenait à « la gauche mondiale » et j’ai répondu sur deux points :

Mon premier point était purement descriptif : les organisations politiques se définissant comme anti-impérialistes et l’anti-impérialisme étant une des caractéristiques de la gauche mondiale, on peut alors sur cette base, les décrire comme faisant partie de la gauche mondiale.

Mon deuxième point était critique : comme avec n’importe quel groupe de gauche, il faut décider si l’on est pour ou contre ce groupe, et il faut alors évaluer de façon critique leurs positions.

[…]

À mon avis, les peuples de ces terres, juive et palestinienne, doivent trouver un moyen de vivre ensemble sur la base de l’égalité. Comme tant d’autres, j’aspire à un régime politique véritablement démocratique sur ces terres et je défends les principes de l’autodétermination et de la cohabitation des deux peuples, en fait, pour tous les peuples. Et mon souhait est, ce que souhaitent un nombre croissant de Juifs et non-Juifs, celui que l’occupation prenne fin, que cesse la violence sous toutes ses formes, et que les droits politiques de chaque habitant soient assurés par une nouvelle structure politique.

( http://checkthis.com/kq66 (Traduction : Elisa Trocmé) ) - (Source image : Judith Butler at a lecture at the University of Hamburg, April 2007 © Creative Commons)
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre d’Elie Wiesel à Maître Jakubowicz : « Une justice sans mémoire est une justice incomplète, fausse et injuste. »

Lettre de Natalie Portman aux éditeurs du Harvard Crimson : « Historiquement, les Israéliens et les Arabes sont cousins. »

Lettre de Romain Rolland à Hardo Bruckner : « Je suis l’ennemi de tous les fascismes. »

les articles similaires :

35 commentaires

    • Richard Françoise

      Bravo Madame

      En soutenant la Palestine contre l’implantation massive des colons juifs ,j’avais très peur de me tromper mais vous me réconciliez avec moi même

      Merci

  1. Salah

    C »est une femme courageuse,honnête,probe et vraie intellectuelle.
    Que Dieu le tout puissant l’aide à combattre l’injustice pour que toutes les nations peuvent vivre ensemble et cohabiter dans la dignité et de respect mutuel.
    je salue la mémoire de cette femme, et je l’invite à continuer son combat jusqu’a son dernier souffle.
    supère lettrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrre

      • HAMMICHE

        il est evident que plus tard se posera la question responsabilite d un gouvernement ou d un peuple qui est passible de tribunal penal pour crime contre l humanite sinon on donnera raison aux nazis DE GAULLE avait dit en juin 1967 CE PEUPLE ..CET ETAT ARROGANT ET BELLIQUEUX ..QUI A OUBLIE L HISTOIRE …!!!!!!

        • thierry bruno

          De Gaulle n’a jamais dit ça ni sur le peuple juif ni sur Israël. Il a parlé d’ « un peuple sûr de lui et dominateur », ce qui a d’ailleurs fait couler d’encre et pousser des gémissements outragés aux hypocrites.

  2. jademelisses@gmail.com

    Merci, Madame, vous êtes une Grande . Votre perception de ce qui représentent les vraies valeurs vous honorent. Vos mots de justice, vos pensées d’apaisement, vos écrits, si justes, si apaisants vous survivront. Le travail que vous avez accompli en écrivant cette lettre, apaise et apaiseront bien des tensions….. Vous faîtes votre part, Madame, merci.

  3. DAOUDI Moumen

    Bravo!!!
    Une voix aussi ténue soit elle ne doit jamais se taire lorsqu’elle clame les valeurs éthiques universelles portées, entre autres religions, par le judaïsme.
    Face aux instruments de propagande qui sèment le trouble, à la puissance des lobbies, aux pressions des groupes d’amis et des membres de vos familles religieuses, philosophiques et ethniques, vous tenez bon et vous gardez un jugement juste et un discernement éthique irréprochable.
    Votre prix vous le méritez amplement. Continuez à dire ce qui est juste et à vous élever contre ce qui ne l’est pas.
    Merci.

  4. Charabouska Alain

    Ces mots sont d’une grande précision, ce qui est nécessaire pour parler de ces sujets si sensibles.
    Pour ma part j’adhère à cette position basée sur l’humanisme et non sur la peur et l’exclusion.
    La peur ne doit pas diriger une société.

  5. Jérôme Fleury

    Merci Madame. Bravo pour votre courage et votre intégrité. Je partage ce point de vue que la pensée unique, de quelque bord qu’elle soit, en vient toujours à justifier le meurtre, moral et physique, ou l’humain perd son humanité (par effet miroir). Nul ne se connaît jamais que par le regard de l’autre. Avec toutes mes félicitations pour votre combat.

    • ramoscelli

      Le fait d’affirmer que vous « prenez le parti de la démocratie contre l’obscurantisme en soutenant Israël », prouve bien que vous n’avez justement rien compris à la politique de l’état d’Israël. Pour le coup, c’est exactement l’inverse: c’est la politique de l’état d’Israël qui est complètement antidémocratique et obscurantiste, pour n’employer que vos mots et rester polis. La vérité est bien pire.

    • JPM

      Il vous faut voir où cela mène.
      Par exemple, fallait-il prendre le parti de la démocratie américaine contre le totalitarisme en Irak ? Où cela nous a-t-il mené ?
      La démocratie, si elle se comporte de façon injuste, provoque le rejet, et donc ne peut que renforcer l’osbcurantisme chez ceux qui en sont victimes.

  6. Tonnellier

    Pour Brigitte Bloch-tabet
     » Et moi je prends le parti de la démocratie contre l’obscurantisme en soutenant Israël. Ai-je tort ? »
    mais quelle est démocratie qui tue des enfants ? qu’avez vous fait de vos esprits ? Avez vous perdu la mémoire de l’injustice et de la mort?
    « Mais pour moi, étant donné l’histoire à laquelle je suis liée, il est très important en tant que Juive de m’élever contre l’injustice et de lutter contre toutes formes de racisme ». Judith Butler
    En mémoire aux victimes de la Shoah, juifs et non -juifs , doivent se soulever contre le gouvernement actuel d’extrême droite en Israël.

  7. Jo Benchetrit

    Le cessez le feu est une fenetre sur le monde pour les propagandistes palestiniens. dommage…Ma pensée du jour est une question: Pourquoi personne ne vient en aide à Israël pour le mettre à l’abri? Pourquoi personne ne dit que le désarmement de cette région palestinienne doit être fait de maniere pacifique par une commission internationale? pourquoi on les laisse dans la merde tout en les montrant comme des monstres? Le hamas; mouvement terroriste jihadiste devrait etre foutu dehors. Les palestiniens ne souffrent pas du fait d’israel, contrairement à ce qu’on vous fait croire dans les radios et télés. Le peuple souffre du fait du hamas et de ses dirigeants qui ne font rien contre le Hamas immonde agresseur de son propre peuple qui a tout fait pour en arriver à la situation actuelle. ils sont payés pour ça par l’ iran, je suppose. Alor cessez le delire…si israel en est là cest pour se defendre. APrès, on peut toujours dire que les tunnels sereconstruisent et que tuer des miliciens palestiniens ne resoudra pas tout.

  8. Frédéric

    Chère Brigitte,

    La démocratie n’empêche pas l’obscurantisme, l’histoire nous l’a déjà montré. Surtout, prenez bien le temps de lire le texte de Judith Butler, elle n’oublie pas le Hamas.

  9. Marc Chalifoux

    J’ai beaucoup apprécié le courage dont vous faites preuve tout au long de votre lettre publiée ici. Je vous donne raison au-delà de toute partisanerie universaliste ou autre, justement parce que votre franchise permet au lecteur de vous connaître et non seulement de comprendre. J’ajouterai naïvement que ces revendications territoriales ne peuvent durer d’un point de vue démographique.

  10. Mehrez

    Il y a eu des terroristes en irlande… A t on jetté l’opprobe sur la religion catholique???
    Les musulmans ne sont pas anti juifs! Ils sont contre israel ! Ils ont rien retenu des camps pour aujourd’hui se transformer en bourreaux?

  11. elyagoubi

    « ’ai appris, et j’accepte, que nous sommes appelés par d’autres et par nous-mêmes, à répondre à la souffrance et à réclamer, à œuvrer afin qu’elle soit soulagée. Mais pour ce faire, nous devons entendre l’appel, trouver les ressources permettant d’y répondre, et parfois subir les conséquences d’avoir parlé comme nous le faisons. »

    C’est vraiment un dépassement de soi. Texte magnifique

  12. ramoscelli

    Le fait d’affirmer que vous « prenez le parti de la démocratie contre l’obscurantisme en soutenant Israël », prouve bien que vous n’avez justement rien compris à la politique de l’état d’Israël. Pour le coup, c’est exactement l’inverse: c’est la politique de l’état d’Israël qui est complètement antidémocratique et obscurantiste, pour n’employer que vos mots et rester polis. La vérité est bien pire.

  13. M. Avignon

    Beaucoup de fumée quand même :
    – ériger un groupe réactionnaire en groupe de gauche : on rêve.
    – parler de justice a du sens lorsqu’on est prêt à peser les pour et contre des uns et des autres. Il se trouve que si les bombardements sur des immeubles d’habitations touchent injustement des populations sans défenses, au sein même de ces populations, certains se cachent et fomentent d’autres bombardements, jusqu’ici « d’efficacité » militairement parlant réduite, mais qui n’en sont pas moins des agressions. Attentions aux jugements hâtifs…

  14. thierry bruno

    En 1980, je crois, le grand penseur et écrivain juif Georges Steiner tenait, à peu près, ces propos :  » En créant l’État d’Israël, nous avons fait gagner Hitler. Car alors, nous, Juifs, nous sommes aussi devenus des bourreaux ».
    En ayant une terre à défendre, au milieu de peuples ou d’organisations qui n’ont toujours pas renoncé à les détruire, les Juifs ont hérité aussi des responsabilités d’un État, et ont perdu l’innocence que leur conférait le statut de « peuple sans terre » ; la diaspora leur permettait de prôner la société multiculturelle qui était bien évidemment dans leur intérêt. Depuis Hitler et la solution finale, je peux comprendre que certains Juifs aient l’épiderme sensible quand on prétend les éliminer. Et tant qu’il y aura les déclarations meurtrières du Hamas ou de l’Iran, par exemple, la réaction de l’administration hébreu peut demeurer violente. Il est bon que des personnes telle Mme Butler oeuvre pour la paix mais l’angélisme n’est plus de mise parmi le peuple juif.

  15. JL Loeb

    Trouver une réelle issue au conflit va demander des concessions de part et d’autre, de la sincérité et des personnalités hors norme (pour autant qu’elles ne soient pas assassinées…).
    Le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas.
    Shalom

  16. charaf sekkat

    Bonjour Madame Butler,
    J’ai lu tardivement votre sublime lettre,sur le site http://www.deslettres.fr,et vous suis reconnaissant,pour les sentiments d’espoir,d’apaisement,de paix intérieure et même d’Amour…..que ce très beau texte suscite chez le lecteur.À force de voir,quotidiennement des images TV choquantes,atroces,horribles,inhumaines dans les quatre coins du monde,et surtout au Moyen-Orient,en Irak,en Lybie,en Syrie,et cet été,à Gaza–à force de lire et d’entendre, percer nos tympans, à longueur de journée, de mots tels:racisme,antisémitisme,xénophobie,sionisme,islamophobie,barbarie,terrrisme,otages,massacre,exécutions…..nous perdons espoir pour l’avenir de l’humanité,et nous nous gavons de pessimisme et de sinistrose.Avons nous le droit, de nourrir nos enfants innocents,de ce « pain noir »,de ce jargon de haine et de peur?Oui Madame Butler,il faudra des personnes comme vous,pour ramener à la raison,ces criminels irresponsables.Aujourd’hui,5 Octobre 2014,l’Aid Al Adha en terre d’Islam,coïncide avec Youm Kibbour,chez les Juifs:formons le voeu,que les cousins Sémites,descendants des 2 fils d’Abraham-puissent cohabiter et vivre en paix,dans cette région,actuellement au bord du déclenchement, d’un 3éme conflit mondial.Amen.

  17. Tasminah

    J’ai parcouru ces lignes avec une certaine prudence, au fur et à mesure de ma lecture, je retrouve l’espoir, un espoir que je croyais mort …ça fait du bien de vous lire Madame !! Vous êtes juste et honnête,un bien précieux si rare de nos jours …Bonne continuation !!

Laisser un commentaire

Vous devez être pour laisser un commentaire.