Lettre de Virginia Woolf à Vita Sackville-West

3

min

Je ne parviens pas à créer la sensation de vous voir vraiment.

Virginia Woolf, extraordinaire écrivaine anglo-saxonne, mariée très jeune avec Leonard, qui fut un époux modèle, la soutenant à bout de bras, trouva l’amour dans les bras de la poétesse et romancière, Vita Sackville-West.

A-A+

Lundi [7 septembre 1925]

Ma chère Vita,

Vraiment je ne comprends pas pourquoi vous ne m’écrivez pas, mais peut-être est-ce mon tour, à ceci près que vous êtes en meilleure position que moi pour écrire des lettres. Il y a dans la pièce où vous vous tenez deux personnes dont vous pouvez entendre la conversation. Il n’y a qu’un seul chien dans la mienne et rien d’autre que des livres, des papiers et des oreillers, et des verres de lait et des couvre-pieds qui sont tombés de mon lit, et ainsi de suite. Tout cela a provoqué en moi un tel désir de savoir ce que sont en train de dire ces deux personnes que je me vois contrainte de vous supplier de me le dire… Oui, dites-moi qui sont vos visiteurs ; même si je n’ai jamais entendu parler d’eux — ce n’en sera que mieux. J’essaie de vous inventer à mon bénéfice mais je m’aperçois que je n’ai seulement que 2 brindilles et 3 brins de paille pour y réussir. Je ne parviens pas à créer la sensation de vous voir vraiment — les cheveux, les lèvres, le teint, la stature, et même parfois, de temps à autre, les yeux et les mains mais je découvre alors que vous me laissez pour aller dans le jardin, ou jouer au tennis, ou bêcher, ou vous asseoir pour fumer et bavarder, et alors il m’est impossible d’inventer un des seuls mots que vous prononcez — Cela prouve, et je pourrais écrire là-dessus des pages et des pages — combien nous nous connaissons mal les uns les autres : seulement des mouvements et des gestes, rien de véritablement lié, profond et continu. Mais donnez-moi une indication, je vous en supplie… « Professée » devrait aller de soi ; mais il s’y est adjoint à présent une connotation de « protestation d’insincérité » ; du moins pour moi qui, je le suppose, ai blanchi sous le harnois du péché et impute, je le reconnais, aux bons vieux mots anglais des significations qu’ils n’ont pas. Mais écrivez quand même à votre affectionnée scélérate.

( WOOLF (Virginia), The Letters of Virginia Woolf: Volume 2, 1912-1922, edited by Nigel Nicolson and Joanne Trautmann, Mariner Books, 1978 ; Image : Wikimedia Commons )
Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Virginia Woolf à Leonard Woolf : « Je ne ressens aucune attirance physique pour toi. »

Lettre de Violette Leduc à Simone de Beauvoir : « Il faut que je vous élève jusqu’à l’inaccessible. »

Dernière lettre de Virginia Woolf à son mari Leonard : « Tu m’as donné le plus grand bonheur possible. »

les articles similaires :