Lettre de Franz Kafka à Max Brod 

2

min

Tout cela sans exception doit être brûlé et je te prie de le faire le plus tôt possible.

Né il y a 130 ans, Kafka serait-il demeuré inconnu et inédit, sans la décision courageuse de son ami Max Brod de ne pas respecter ses dernières volontés (tout brûler) ? Cette légende tenace perpétue le mythe de Kafka et l’inclut dans son univers romanesque. Mais la vérité est souvent travestie pour cet auteur si peu kafkaïen, hypocondriaque et joyeusement secret. Cette lettre adressée à Max rétablit ses dernières volontés que son fidèle lieutenant, habitué aux facéties de Franz, ne suivra pas totalement. D’une lettre à l’œuvre mondialement publiée et célébrée, il n’y a qu’un pas ! Merci à Max d’avoir publié toute l’œuvre de Kafka, dont ses lettres.

A-A+

20 novembre 1922

Cher Max,

Peut-être ne me relèverai-je plus cette fois ; il est probable qu’après ce mois de fièvre pulmonaire une pneumonie se déclarera ; et même le fait de l’écrire ne pourra l’empêcher, encore que cela ait quelque pouvoir.

Dans cette éventualité, voici donc ma dernière volonté concernant tout ce que j’ai écrit :

De tout ce que j’ai écrit, seuls sont valables les livres : Verdict, Soutier, Métamorphose, Colonie pénitentiaire, Médecin de campagne, et le récit L’artiste de la faim. (Les quelques exemplaires de « Regards » peuvent rester, je ne veux donner à personne la peine de les mettre au pilon, mais rien de ce qu’ils contiennent ne doit être réimprimé.) Quand je dis que ces 5 livres et ce récit sont valables, cela ne signifie pas que je souhaite qu’ils soient réimprimés et transmis aux époques à venir, au contraire, s’ils pouvaient totalement disparaître, cela correspondrait vraiment à ce que je désire. Simplement, puisqu’ils existent, je n’empêche personne de les garder, s’il en a envie.

En revanche, tout ce que j’ai écrit d’autre (textes imprimés dans des revues, manuscrits, lettres), tout cela sans exception, pour autant que cela puisse être accessible ou récupéré en demandant aux destinataires (tu les connais pour la plupart, il s’agit de Madame Felice M. , de Madame Julie née Wohryzek et de Madame Milena Pollack, surtout n’oublie pas les quelques cahiers qui sont entre les mains de Madame Pollack) – tout cela doit, sans exception et de préférence sans être lu (je ne t’interdis pas d’y jeter un coup d’œil, même si je préférerais que tu ne le fasses pas, en tout cas personne d’autre ne doit y jeter un coup d’œil) – tout cela sans exception doit être brûlé et je te prie de le faire le plus tôt possible.

Franz

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre au père de Franz Kafka : « C’est comme père que tu étais trop fort pour moi. »

Lettre de Franz Kafka à Milena Jesenská : « Maintenant la nuit est là. »

Lettre de Franz Kafka à Max Brod : « Ce n’était pas un jour exceptionnellement mauvais, il était simplement plus mauvais que le précédent. »

les articles similaires :