Lettre de refus à Tim Burton

2

min

Entretenez votre bon travail, et bonne chance.

En 1976, alors qu’il n’était encore qu’étudiant, Tim Burton, né le 25 août 1958, propose ses premiers travaux à Walt Disney. Comme tant de légendes du 7ème art, le génial cinéaste dut en passer lui aussi par un refus, poli mais définitif.

A-A+

19 février 1976

Cher Tim,

Voici quelques brèves impressions de votre livre, Le Géant Zlig.

Histoire : L’histoire est assez simple pour un jeune public (âgé de quatre à six ans), mignonne, et prouve une compréhension de la langue bien meilleure que celle que j’espèrerai de n’importe quel lycéen, malgré d’occasionnelles fautes de grammaire et d’épellation. Il pourrait, néanmoins, être considéré comme trop dérivé du travail de Seuss pour être commercialisable – je ne le sais pas. Mais j’ai réellement aimé le lire.

Art : Etant donné que vous souffrez du manque des outils et matériaux appropriés, l’art est très bon. Les personnages sont charmants et imaginatifs et sont d’une variété suffisante afin de susciter l’intérêt. Votre disposition est également bonne – elle démontre une bonne variété de points de vue. Par conséquent, j’ai non seulement aimé lire Le Géant Zlig, mais j’ai également jubilé à le lire.

J’espère que mes commentaires vous plairont. Merci de m’avoir donné l’occasion de lire Le Géant Zlig; entretenez votre bon travail, et bonne chance.

Sincèrement,

Jeanette.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

les articles similaires :