Lettre ouverte de Vincent Macaigne

1

min

La liberté dans l'art n'a pas de limites et ne doit pas en avoir.

Vincent Macaigne est un metteur en scène de théâtre provocant et un comédien incontournable de la jeune scène du cinéma français. Au lendemain des attentats perpétrés en janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo, l’acteur prend la plume et s’exprime sur les fondamentaux de tout engagement artistique.

A-A+

19 janvier 2015

La liberté dans l’art n’a pas de limites et ne doit pas en avoir. Mais les chemins de la liberté ne sont pas toujours simples, l’Histoire nous le prouve : quand Le Caravage mettait de la lumière sur des prostituées, au XVIe siècle, c’était considéré comme scandaleux. Aujourd’hui, Le Caravage est dans les musées, et il ne fait plus scandale.

La responsabilité dans l’art, elle, est grande. Elle repose sur une éducation, qui permet de donner un regard critique aux spectateurs, et d’ouvrir le débat. Cette éducation, qui était le grand enjeu d’André Malraux, s’est un peu perdue.

Il ne faut pas perdre de vue que la France est un pays très ouvert, en matière de liberté artistique. Ce n’est pas le cas d’autres pays. Et cela, on ne se le rappelle pas assez. Quoi qu’il en soit, on peut enterrer un pays, mais on ne peut pas arrêter la parole des gens.

Pour recevoir plus de lettres, cliquez ici.

La recommandation de la rédaction :

Lettre de Jean-Luc Godard à André Malraux : « La censure, cette gestapo de l’esprit. »

Lettre d’Anton Tchekhov à son collègue Plechtchéev : « Je hais le mensonge et la violence sous toutes ses formes. »

Lettre d’Arthur Rimbaud à Georges Izambard : « Je m’entête affreusement à adorer la liberté libre. »

les articles similaires :